Travail de nuit
Un accord refusé par la CFTC

négociateurs Guy SERRAUT DS UES et DS Capgemini Outsourcing - Cyril PUGENC DS Sogeti Montpellier- Grégoire LECLERCQ DS Sogeti Lille

Les délégués CFTC ont constaté que dans deux établissements de Sogeti, la direction avait organisé le travail de nuit en toute illégalité. Des commerciaux ont vendu des projets incluant le travail de nuit, sans évidemment se poser la question de sa légalité, et comptant sur les managers pour organiser la chose. L'intervention de nos délégués a gêné beaucoup de monde : la direction, la DRH... et la CFDT qui couvrait ces procédés, notamment via le CHSCT ("tout se passe bien, les salariés sont satisfaits, la procédure mise en place par la direction est correcte et respectée").

La direction nous a répondu avec des arguments de gérants de supermarché : "Si vous vous opposez au travail de nuit, nous devrons supprimer des emplois". Si vous voulez gardez vos emplois, acceptez la dégradation de vos conditions de travail. Et vous gagnerez plus (surtout si on bloque les salaires). Elle a aussi fait pression sur nos délégués pour qu'ils laissent faire.

La CFTC a tenu bon. Nous avons relevé que les dispositifs mis en place par la direction n'étaient même pas respectés.

La DRH a fini par ouvrir des négociations afin de parvenir à un accord sur ce sujet. La CFTC a négocié pied à pied, insistant notamment sur le volontariat et la possibilité de revenir à un rythme normal de jour. Et comme les autres, sur les moyens d'accompagnement et d'indemnisation.

La CFDT se réjouit dans ses tracts d'un accord qui autorise désormais le travail de nuit dans le groupe Capgemini et Sogeti.

Pas nous.

Accord

  CFTC CGT FO CFDT CGC

validité

Travail de nuit dans l'UES

NON OUI OUI OUI OUI Accord validé
 

La vie privée des salariés y est trop fortement malmenée : 


A l’instar de ceux qui veulent (faire) travailler (les autres) et consommer le dimanche, qui hier voulaient le contrat (toujours) première ou nouvelle embauche, ou qui veulent réduire au silence la diversité et l’expression d’opposition, on trouve, même à Capgemini, les collaborateurs zélés du travail de nuit (pour les autres toujours). Ceux-là veulent donner un avis positif en CE alors que la mesure n’est pas légale, assurent en CHSCT que tout ira bien. Sogéti Régions est en première ligne cette année avec la signature par les commerciaux, hors légalité, de projets qui impactent la vie privée de manière importante :

 Alors devons nous accepter de ne plus avoir de vie privée pour arrondir la prime du manager ? Faut-il écouter ceux qui nous disent que c’est ça ou perdre nos emplois ? Non : il faut défendre nos conditions de vie et de travail. Il faut des protections, des garanties (comme le volontariat pour ces missions et le retour à la normale). Il faut que les engagements soient respectés. Et là, il faut une équipe de représentants du personnel déterminés et plus sensibles au respect de la vie privée et professionnelle des salariés qu’aux intérêts du manager – et ce dans la durée – pas seulement lors des élections. A Sogeti Régions, on a notamment Cyril PUGENC, Grégoire LECLERCQ et Hervé JEANNIN. Ne restez pas isolés, Contact : cftc.capgemini@free.fr