Juillet 2008

bases de négociations CFTC : salaires, GPEC, participation et intéressement

Agenda des DS CFTC

  • 23 juillet CCE
  • 8 juillet négociation rémunérations
  • 3 juillet négociations GPEC
  • pétition conjointe CFTC-FO

 à suivre sur http://cftc.capgemini.free.fr

 

 

La CFTC a choisi de présenter par écrit ses propositions et revendications que nous vous transmettons ici intégralement :

Salaires

Positions de principe :

o L’entreprise doit se doter d’un accord salaire (et non seulement bas salaires) et renouer durablement avec la négociation sur ce thème.

o Les autres éléments de rémunération sont second par rapport au salaire – ils doivent être négocié en tant que compléments et non substitut du salaire.

o Les salariés doivent pouvoir participer, notamment financièrement à la réussite de l’entreprise.

 

La CFTC demande un accord pérenne qui donne aux salariés l’assurance d’une évolution salariale, y compris s’ils restent dans le même rôle professionnel, de manière à combattre la hausse du coût de la vie.

 

La CFTC demande que cet accord s’applique à la plus large population de salariés, avec une priorité de garantie salariale donnée aux plus bas salaires du groupe.

Accord Salaires

è L’accord 2006 doit être actualisé avec :

o       Le maintien de la définition d’un salaire minimum dans le groupe par référence au minimum SYNTEC (actuellement +10% pour les ETAM, +5% pour les cadres).

o L’Augmentation minimum garantie: rattrapage sur deux ans, en pourcentage et en valeur absolue avec une priorité aux plus bas salaires et pour les rémunérations jusqu’à 80 k€.

o Les niveaux d’augmentations doivent être établis chaque année en référence à l’évolution du coût de la vie.

La CFTC demande l’application de la seconde mesure à compter de juillet 2008.

Cartographie des rôles et rémunération

è La CFTC demande que la direction de l’entreprise associe à chaque rôle de la cartographie des compétences, une rémunération cible correspondantes. Ceci doit faire l’objet d’une consultation de l’observatoire des professions et d’une information auprès des instances représentatives du personnel.

 

è La CFTC demande qu’il soit institué par accord la création dans

chaque CE et au CCE d’une commission emplois – compétences – rémunérations. Dans cette commission, outre les sujets qui  relèvent de la GPEC, sera étudié chaque année l’évolution des rémunérations cibles et constatées par rôles

 

Salaires variables

è La CFTC demande que les rôles éligibles au dispositif de salaire variable soient clairement identifiés et l’application du variable limités à ceux-ci.

 

èLa CFTC demande que les règles qui définissent les parties variables de salaires soient présentées chaque année pour information et avis aux IRP correspondantes, professions par professions.


 

 


 

GPEC

La CFTC demande que la stratégie de l’entreprise, point d’entrée de la démarche GPEC soit considérée comme prioritaire à tous les niveaux de management et déclinée à chacun de ces niveaux avec l’information correspondante des IRP. L’observatoire des professions comme les instances représentatives du personnel doivent pouvoir apprécier l’application de cette stratégie dans les  dispositifs RH  (notamment les  plans de formation, plan de recrutement, plan de promotion, comités carrière etc.).

è La CFTC demande que chaque année, dans chaque entité du groupe, la revue des risques sur l’emploi et les compétences fasse l’objet d’une restitution devant la commission emplois – compétences – rémunération ou soit menée conjointement avec elle. Cette revue doit être conduite en fonction de la stratégie du groupe déclinée dans chaque établissement. Les plans d’action concernant les métiers sensibles et les métiers en croissance sont établis et doivent être suivis tout au long de l’année par cette commission.

 

è La CFTC demande la prorogation de l’accord GPEC actuel jusqu’au 31 décembre 2008 pendant sa renégociation.

Participation

Les conséquences du découpage en filiales, de l’affectation de contrats déficitaires, et les mutations de personnels créent des situations d’injustice graves perçues par tous les salariés. La CFTC propose de corriger dès maintenant et durablement cette injustice au sein de l’UES.

 

è La CFTC demande que 100% de la réserve de participation de toutes les sociétés du groupe en France soit réparties  vers 100% des salariés du groupe en France selon la même règle.

 

La CFTC demande que cette disposition soit appliquée dès l’exercice 2008 - avec les règles actuelles. Ce qui signifie la signature de l’accord correspondant pour 2009 avant la fin de ce mois.

Intéressement

Avec un accord d’augmentation minimum garantie sous forme de rattrapage et d’un système de participation équitable, la CFTC peut envisager la négociation d’un accord d’intéressement au niveau de l’UES avec déclinaison par profession et BU.

 

Votre avis nous intéresse : cftc.capgemini@free.fr