novembre 2008

DRH virtuel
Massacre des emplois OS
Europe et temps de travail

Agenda des DS CFTC  

Décembre

·         15 - CCE

·         10 - observatoire de la santé

novembre

·         24 - CCE

·         21 - NAO salaires

·         17 - négociation GPEC

·         6 - négociation handicap

·         5 - politique salariale

 

 

DRH virtuel,
économie réelle

 

Toujours pas de DRH pour la France à ce jour. La direction de ce groupe, le nez planté sur le cours de la bourse, est incapable de recruter un DRH !

 

Elle se trouve incapable de bâtir et présenter un projet social pour le groupe. Le dialogue social se fait sans mandat. Même les propositions simples à zéro coût ne passent pas. Alors que nos métiers connaissent une profonde transformation dans une économie mondiale, aucune ambition, pas de souffle, pas de cohérence, mais trop de Monopoly, de retraites chapeau (chez nous aussi) … et voilà, on a perdu de vue que notre entreprise est faite d’hommes et de femmes. Réaction à la crise : on tétanise.

Vu ce qui précède, et les lignes qui suivent, Mesdames (pas si nombreuses) et Messieurs de la direction générale, vous êtes bien près de l’insuffisance professionnelle !

http://cftc.capgemini.free.fr

 

Souhaitez-vous être informé des développements de l’actualité sociale à Capgemini ?

 

Les équipes CFTC se proposent de créer un « fil rouge » d’infos ouvert à tous les salariés du groupe intéressés.

 

Pour s’inscrire à ce service, il suffit d’adresser une demande par mail à : cftc.capgemini@free.fr

 

 

 

 

 

Massacre des emplois dans l’indifférence managériale chez Capgemini France

 

Quelques deux cent cinquante salariés d’Outsourcing France, se sont entendu dire lors des entretiens individuels   « Vos compétences ne sont pas en adéquation avec le Plan Stratégique d’OS pour les trois ans à venir ».

 

Ceci est grave pour les 150 d’entre eux, qui vont  se retrouver dehors, sans même avoir eu de proposition du groupe … qui recherche ailleurs ce type de profil.

La direction d’OS France a annoncé lors du CE d’octobre l’abandon stratégique de la technologie MVS. Seulement, voilà, la veille, lors d’une présentation en CCE exceptionnel, Sogeti a présenté cette même technologie MVS comme un axe de croissance, à tel point que Sogeti définit comme prioritaire la formation de MVS vers le nouveau système IMB ZOS (Mainframe) et ces technologies de « niche », avec des embauches à la clé !

 

Les représentants des organisations syndicales l’ont bien sûr signalé immédiatement à la direction d’OS, laquelle apprend avec stupeur cet axe de croissance de Sogeti et les besoins en personnel qui en découlent… alors qu’elle  vient tout juste d’annoncer des « suppressions de postes dans ces technologies !

 

Devant ceux qui s’indignent de ce manque de coordiantion du groupe : On hausse les épaules, on sourit, on dit « C’est vrai, mais c’est comme ça depuis des années » !

 

Aucune consigne n’a été donnée aux différents établissements du groupe de façon à amortir l’impact de ces mesures. En revanche, on a lancé une superbe campagne médiatique de recrutements !

 

Les valeurs humaines du groupe (« Les hommes sont la vraie richesse du groupe »),  ne sont-elles que du MARKETING  pour l’efficacité du recrutement et de la  vente ? En ces temps difficiles c’est plus que jamais le moment de siffler la fin du jeu de massacre.

 

 

Europe et temps de travail
Un petit pas dans la bonne direction

Directive du temps de travail : Un petit pas dans la bonne direction

Enfin une bonne nouvelle dans la bataille pour l'Europe sociale: les députés de la commission Emploi et Affaires sociales du Parlement européen ont adopté, le 5 novembre dernier, le rapport du député  européen espagnol Alejandro Cercas sur le projet de révision de la directive sur le temps de travail.
 
Pour la majorité des députés de la commission parlementaire, la durée maximale du travail dans l'UE doit être limitée à 48h maximum par semaine et les dérogations à cette règle supprimées d'ici trois ans, de même que toutes les périodes du temps de garde doivent être considérées comme du temps de travail.
 
Les députés européens se sont également montrés fermes quant au délai dans lequel un repos compensateur est attribué si le travailleur n'a pas pu prendre ses périodes de repos normal.
 
L'Assemblée plénière du 17 décembre du Parlement européen doit encore confirmer cette position radicalement opposée à la décision désastreuse des gouvernements de juin dernier.
 
Pour la CFTC, le parlement européen a su entendre les salariés, il lui appartient maintenant de tenir fermement sa position vis-à-vis de la Commission et du Conseil lors du vote en plénière le 17 décembre prochain.

 

Il serait désastreux pour la construction européenne que l'instance démocratiquement élue soit désavouée par la Commission.  

JosephTHOUVENEL , secrétaire général adjoint CFTC